Menu

mardi 16 février 2016

objectif zéro déchet : les choses étranges que je fais depuis deux ans // çöpsüz bir hayat için yaptigim tuhaf seyler




Le zéro déchet est une sacrée aventure. Je ne me le dis jamais assez. Je découvre tous les jours jusqu'où je suis prête à aller... et ça fait peur! Je me rappelle du premier jour où j'ai recousu les trous de mes chaussettes. Je me suis dit que c'était tout à fait faisable et que ce n'était pas la fin du monde. Mais quand ces chaussettes sont devenues irrécupérables,  j'ai eu envie de les recycler pour en faire des tawashi. J'ai trouvé ça amusant, mais quand j'en ai offert autour de moi et qu'il a fallu expliqué de quoi ils éraient faits, ça n'a pas été très glamour. Enfin, les parties élastiques des chaussettes que je ne pouvais pas utiliser pour faire les tawashi sont devenues des chouchous grâce à quelques chutes de tissus et quelques minutes de travail devant une machine à coudre. Tout une aventure juste pour une paire de chaussettes! A propos de chaussettes, je ne vous parle même pas des chaussettes dépareillées que je porte régulièrement. Là, je ne me reconnais plus, il y a à peine deux ans je n'aurais pas fait la moitié de tout cela.


 
Je peux vous parler aussi de ma robe faite d'un vieux drap ou encore de mes essais de faire des couches lavables. Qui aurait dit qu'un jour je voudrai coudre des couches? Ma robe, je la porte encore et avec beaucoup de plaisir. Par contre les couches je les ai mises de côté car celles que j'ai achetées me suffisent largement. Et il faut le dire, elles sont plus pratiques.
 
Je devrais aussi vous parler des choses que j'ai récupérées dans la rue. Avant je n'aurais jamais osé, maintenant j'ai l'impression de sauver ces objets laissés dans la rue. Comme un panier en osier ou un garage à voiture. Ils ont tous les deux trouvé une place chez nous après un bon nettoyage au vinaigre blanc. Ma fille a même dit que ce garage était bien mieux que ses cadeaux de Noël ! Oui oui, elle l'a dit! Ses cadeaux de Noël pour lesquelles je me suis bien creusé la tête car tous devaient être achetés d'occasion pour limiter les déchets et emballages. C'était la première fois de ma vie que j'offrais des cadeaux ainsi. Heureusement le papa était d'accord.  
 
Pourquoi ne pas parler aussi de mon mini bocal à beurre de karité que j'utilise pour mes lèvres et mes mains. Dès que je le sors dans le métro j'ai l'impression d'attirer l'attention. Que peut bien être ce petit pot rempli d'un truc étrange, pâteux et difficile à étaler ? Pourquoi je n'utilise pas un stick comme tout le monde? Et que dire de mon mouchoir en tissu de petite vieille ? J'avoue que je ne regarde pas autour de moi quand je me mouche, juste pour être tranquille. Si je disais à ces gens que je me rince les cheveux avec du vinaigre de cidre alors là je ne veux meme pas voir leur têtes.
 
Chez les commerçants c'est une autre histoire car à la boulangerie je sors mon sac en tissu, à la boucherie et chez mon fromager mes boites et chez le poissonnier encore des boites. Pour tout vous dire mon fromager m'appelle madame boite !
 
A ce niveau je ne sais pas trop si on me trouve ridicule ou si on me taquine gentiment mais j'ai pris l'habitude et je ne m'en occupe plus. Je me demande s'il y a encore des choses à découvrir. On verra bien. Je prends les choses avec humour et je relève les défis. Et vous, faites vous des choses que vous n'auriez jamais pensé faire?

                                                                                        //////////////////////////////////


Cöp üretmemeye çalismak büyük bir macera. Bunu kendime yeterince söylemiyorum. Sürekli yeni seyler ögreniyorum ve hayatimdaki pek çok seyin degistigini görüyorum. Mesela çoraplarimin deliklerini dikmeye basladim, daha uzun ömürü olur, giyerim ne güzel dedim. Sonra o çoraplar tamir edilemez hale gelince , ben bunlardan tawashi yapayim dedim. Kestim çoraplari, hazirladim tahta ile çiviyi, yaptim bir bulasik bezi. Ama o çoraplarin üst kismindaki lastikleri ne yapacagimi bilemedim. Ben de onlardan saç firfiri yaparum dedim. Tabii siklikla ayri renk çorap giydigimi de unutmamak gerekir. Iste bütün bu sebeplerden dolayi hayatimin tuhaflastigini hisseder gibiyim. Ben eski ben degilim artik.

Sizlere eski bir çarsaftan elbise diktigimi, ya da çocuguma bez diktigimi de anlatmistim. Bir gün bana birisi bez dikecegimi söylese ananmazdim herhalde. Hala elbisemi severek giyiyorum ama bezleri çok kullanmiyorum. Satin aldiklarim hem daha pratik hem de yetiyor bana.

Sizlere sokaktan topladiklarimi da daha anlatmadim. Burada insanlar birseyden biktimi , koyuyorlar sokaga. Sonra çöpe gidiyor hepsi. Ben de sanki dünyayi kurtariyirmusum hissine kapilarak topluyorum bazen birseleri. Mesela bir tane sepet ile büyük bir oyuncak garaj buldum bir keresinde. beyaz sirkeyme temizledim hepsini. Kizim o garajla oynarken demesin mi Noël hediyesinden daha çok  begendigini bu garaji! yok artik ! ben o kadar kafa yordum ki bu Noël hediyelerine. Gittim hepsini ikinci el buldum. Hel dogayi kirletmeyelim hem de ambalajdan eksiltelim diye. Ama sokakta bulunan garaj cok daha fazla mutlu etti çocuklari.

Simdi karite yagimi sakladigim kaba gelelim. Küçücük bi cam kavanozda duruyor. Metroda dikkatleri de çekiyor tabii. Millet iki dakikada dudak kremini sürerken , ben o kavanozu açip, içinden zorla çikarttigim o yagi dudagima yediriyorum. Iki sanuyelik isi iki dakikada yapiyorum. Sonra bir de burnumu silme meselesi var. Kumaz bezi çikartirken kimseye bekmiyorum. Bu kiz muhnebiden kalmis demesinler diye. Ha bi de saçimi elme sirlkesiye duruluyorum demen ne der o metrodaki insanlar acaba?

Bakkal, kasap, manav hepsi taniyor artik beni bu mahallede. Pernirci bana kutulu kiz diyor artik! Ne diyim, alistim diyelim. Bu seviyenin ötesine de geçermiyim bilemiyorum. Daha da çöpsuz bir hayat basarabilirmiyim ? Belkide isin ucuna gelmisimdir. Ama bu olanlari neseyle karsiliyorum. Sizin de sifir çöp için yaptiginiz tuhaf seyleriniz var mi? Belkide yanliz degilimdir.

8 commentaires:

  1. Bonjour Elif
    C'est drôle, j'ai l'impression de lire Greener Mummy ;) Elle se redécouvre des talents de couturière, elle récupère aussi dans la rue des palettes ou meubles. Nous débarquons avec nos bocaux ou sac au marché ... et comme toi, on nous taquine mais finalement, tout le monde s'y retrouve :)
    une belle aventure que cette démarche ;)
    Au plaisir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, on est tous pareil :) C'est une vraie aventure! à bientôt greener family

      Supprimer
  2. J'ai commencé la démarche il y a un an et maintenant je vais au marché avec boites, j'utilise des serviettes lavables et je débute les couches lavables pour bébé. Je rince aussi mes cheveux au vinaigre de cidre :D
    Je n'ose pas trop en parler autour de moi et en général c'est mon mari qui annonce fièrement que nous tentons de produire le moins de déchets possibles. La route est encore longue mais je trouve ça intéressant et très stimulant de trouver des alternatives zéro déchet. En plus cela nous amène à réfléchir à ce dont nous avons vraiment besoin. Que du positif avec ce mode de vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tout a fais d'accord. Je me reconcentre sur le nécessaire. J'ai l'impression de reprendre gout a beaucoup de choses que j'avais oublié. Comme cuisiner plus ou le partage entre amis, et meme les échanges avec les commerçants. Pour moi c'est vraiment du positif meme s'il y a des moments de fatigue ou je lâche un peu la pression :)

      Supprimer
  3. Hello,i like it
    my blog:
    www.mundominimalistablog.wordpress.com/

    RépondreSupprimer
  4. Hi, hi, hi, moi aussi je fais des trucs bizarre. Hier, j'ai récupéré mes pelures de carottes, celeris et poireaux pour les sécher... Et ce soir, je n'ai pas osé dire à mes garçons avec quoi j'avais fais ce nouveau bouillon maison... Et pour eux c'est trop la classe lorsque l'on fait la tournée des poubelles pour trouver des chaises, des luges, des camions ou d'autres trésors...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente de savoir que je ne suis pas seule ;)

      Supprimer